Blur / Courtney Barnett au Madison Square Garden le 23 octobre 2015

Suite des aventures new-yorkaises avec le concert des anglais de Blur et l’australienne Courtney Barnett.

Bon déjà, grande émotion de mettre les pieds dans cette fameuse enceinte qu’on a fantasmé, rapport à beaucoup de nos disques fétiches : de Get Yer Ya-Ya’s Out! au concert For Bangladesh en passant par le Live in NYC de SPRINGSTEEN…
Il s’agit d’une enceinte omnisport situé en plein Manhattan. Au niveau de la structure de la salle, on n’est pas si éloigné que ça de Bercy (pardon de l’Accorhotels Arena). J’imagine, à la louche, une capacité de 20 000 personnes. Le concert était complet.
IMG_9847

Mise en jambe avec la trop classe Courtney. On vous a déjà dis à plusieurs reprises tout le bien qu’on pense de la demoiselle, la grosse côte d’amour qu’on a pour elle. Depuis le dernier concert qu’on a pu voir (le 30 novembre 2014 à la Péniche de Lille), Courtney n’a pas arrêté de tourner, a sorti son premier album; les critiques sont tous tombés sous le charme, elle a l’air d’être une des valeurs sûres du rock indépendant dorénavant. Son album vient de ressortir augmenté d’un live inédit et même Jack White est tombé sous le charme, en lui faisant enregistré un single pour son label THIRD MAN RECORDS.
Même devant une foule importante, le power trio  n’a eu aucun mal à se mettre tout le monde dans la poche. Elle a alterné ses ballades folk et rock et le son étant parfait, on a pu apprécier d’entendre très disctinctement ses textes car ne l’oublions pas, CB est l’une des parolieres les plus drôles aujourd’hui. Ses textes sont toujours pleins d’ironie. Seulement huit titres, mais c’est le lot des premières parties et de toutes facons on se rattrapera le 5 décembre prochain à la Gaîté Lyrique pour son étape parisienne.
On retiendra « Nobody’s Care If You Don’t Go To The Party » , quasi tubesque maintenant, vu les réactions du public, les moments plus calmes avec DEPRESTON et ELEVATOR OPERATOR. Et toujours cette voix nonchalante, des morceaux bien construits. Final sur PEDESTRIAN AT BEST.
Frustré que ça soit si court, mais on y reviendra, comptez sur nous, en décembre.

Après cette mise en bouche classieuse, les lumières se rallument pour laisser place à Blur, qui n a pas donné de (vrais) concerts à New York depuis extrêmement longtemps (je ne compte pas un concert promo pour Happy few qui a eu lieu en mai 2015). Personnellement, avant ce soir là, je n’ai vu qu’une fois le groupe en concert en 1997 au Divan du Monde (même si j’ai eu l’occasion de voir GORILLAZ et Damon ALBARN solo).
Et donc heureux de les revoir, pour ce come back inattendu avec le super album THE MAGIC WHIP sorti cette année. Album enregistré un peu « par hasard », suite à un concert annulé, une jam imprévu dans studio hong kongais… et de fil en aiguille, finalement un album, qui tient la route, super bien produit par le fidèle Stephen Street. Un documentaire sur la genèse de cet album devrait sortir prochainement.

Donc, nous voilà posé, au milieu des gradins. Le public US pour ce concert est très différent du public européen : presque personne n’est « looké », pas de « poppeux », pas de mèches, pas de franges, pas de hispters. Plutôt le look « je sors du boulot », mais ce n’est pas pour ça que l’ambiance n’était pas là, bien au contraire.
Pour le décor de la scène, on retrouve les deux cornets de glaces géants (l’artwork du dernier album), mais pas la camionnette sur scène, qui distribuait des glaces pendant le concert de HYDE PARK cet été (j’étais en présence d’une fan « hardcore » qui a pu me préciser tout ça).

IMG_9846Les lumières s’éteignent, la musique d’intro commence et les quatre garcons ainsi que deux choristes arrivent sur scène et entament le concert avec le super efficace GO OUT issu du dernier album. Damon Albarn a toujours cette démarche et dégaine nonchalante,il a balancé des bouteilles d eau sur le public, ce qu il fera tout le long du concert. S’enchaine une version speedé de There’s no other way devenu un classique de leur période baggy. Lonesome Street (le meilleur single de l’année, ce n’est pas moi qui le dis mais Liam GALLAGHER) envoie du bois. Après c’est un subtil mélange de tubes et de titres récents. Ça en est presque trop parfait… vraiment ! Une section de cuivres vient renforcer la dynamique des morceaux et on est dans la très haute volée ce soir. END OF A CENTURY, toujours aussi charmant (heureux d’avoir eu ce morceau qui n a pas été joué au concert précédent à Los Angeles). Graham COXON a inventé la classe ultime. Et le charme opère toujours quand il entame COFFEE & TV qui a eu droit à une fin alternative avec un bout d’un autre morceau chanté par Damon (j’adorerais retrouver le titre joué ), le morceau a été à rallonge et a duré facilement 7 à 8 minutes. Au final nous avons eu droit à quatre titres du dernier opus : »Go out, Lonesome street, Ghost ship, Thought I was a spaceman« . Tous ces titres fonctionnent, le public les connaît, l’ambiance ne retombe pas. J’aurais même apprécié qu’ils jouent plus de titres du dernier album mais ils ne viennent pas souvent aux US et il est normal qu’ils interprètent leurs tubes. Ils y sont presque tous passé : le gospel de Tender, la sublime OUT OF TIME, le quasi punk Song 2, la foule en délire, le « lennonien » BEETLEBUM. Pour PARKLIFE, pas de Phil DANIELS à New York, mais une dizaine de fans sont montés sur scène pour chanter sa partie, une fois encore grosse ambiance. TO THE END et THIS IS A LOW avant les rappels, morceaux que je n’aime pas habituellement mais porté par l’enthousiasme du public et la communion j’étais à fond. Rappel avec STEREOTYPES (ça j adore) et le mega tubesque GIRLS & BOYS, ils nous achèvent, tout est trop bien. For TOMMOROW, on n’a plus de force et enfin morceau final sur THE UNIVERSAL.

IMG_9845

Voilà, ce fut un concert magique. Damon ALBARN est un génie et Blur est au sommet de sa forme. Tout semble tellement naturel, la voix de Damon est impressionnante, les guitares de Graham sonnent « sales », quasi noise (final sur BEETLEBUM), les riffs aiguisés se mêlent toujours à l’univers pop du groupe, c’est un super guitariste,  Alex, le bassiste et le rouquin à la batterie assurent le job. Deux heures jouissives.

Un seul concert est encore prévu à ABU DABI (!), pour un concert à l’occasion d’un grand prix de Formule 1, le 29 novembre prochain. Après ça, on ne sait pas ce qu’il en est de l’avenir du groupe (eux même ne le savent pas je pense), Damon ALBARN ayant toujours trois ou quatre projets à la fois. On annonce en 2016 le retour de GORILLAZ (je l’ai déjà dis, un des cinq meilleurs concerts auquel j’ai assisté) et une comédie musicale WONDERLAND qui a lieu l’année prochaine (entre autre au Théâtre du Châtelet au mois de mai prochain, nous y serons), des collaborations avec Adèle (?)…

En tout cas, grosse dose de bonheur que ce séjour à NYC avec ce concert en apothéose.

www.blur.co.uk

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.