Color bars Experience à Lille (Théâtre Sebastopol) le 20 décembre 2015

On n’aurait pas pu imaginer mieux pour finir cette année riche en concerts, que ce magnifique show que nous a offert Color bars Experience au théâtre Sébastopol de Lille dimanche dernier.

Cela va faire plus de douze ans qu’Elliott Smith a décidé de mettre fin à ses jours, la génération de bientôt quarantenaire que nous sommes a été touché, ému par ses folk songs bancals, par sa voix d’ange, ses fêlures perceptibles.
Figure 8 son dernier album sortie en 2000, incompris à sa sortie , a été joué en grande partie lors ce cette soirée par trois de ses amis et figures du rock indé US :
*Troy Von Balthazar, leader de groupe de slowcore CHOKEBORE, combo qu’on a énormément suivi et auteur de trois albums de folk/electronica extrêmement attachant ;
*Jason Lytle, frontman du groupe GRANDADDY, combo californien. Il a été responsable d’un chef d’œuvre de pop aérienne THE SOPHTWARE SLUMP sorti en 2000. Après le split du groupe en 2006, Jason Lytle a sorti deux albums solo où il revient à une veine plus lofi. Une fois de plus, ces albums sont hautement recommandables ;
*Ken Stringfellow, l’homme au CV impeccable : membre du groupe de power pop les Posies, le garçon a participé à la reformation du groupe Big Star et il a également été musicien additionnel du groupe REM depuis 1997 sur disque et sur scène jusqu’à la séparation du groupe.
Pour accompagner ce casting d’exception, un orchestre de onze musiciens (violons, alto, violoncelle, contrebasse, flûte, basson, cor, percussions et guitare électrique) a magnifié ces compositions magiques, rendant ces mélodies fragiles encore plus intenses et émouvantes. Les arrangements sont le résultat du travail de Christophe Patrix, Ekaterina Debiak et Bert Verschueren.

IMG_2764

C est Ken Stringfellow qui arrive sur scène pour débuter le concert pour les trois premiers titres. Le concert commence avec le single SON OF SAM, après une introduction avec les cordes. Auquel s’enchaîne le très beau STUPITY TRIES, que j’ai presque préféré à l’original, c’est dire. Ken apporte une légèreté pop aux compositions.
C’est ensuite au tour de l’intrigant TROY VON BALTHAZAR de prendre place sur scène. Troy a toujours ce regard perçant, sa manière d’aborder le répertoire d’Elliott tout en retenu et en ayant sa gestuelle si particulière, apporte une tension supplémentaire. Sa version de LA était bouleversante.
Enfin, c’est au tour du timide Jason Lytle, casquette et chemise à carreaux de venir chanter, c’est sûrement lui le plus émouvant. Il faut dire qu’il était très proche d’Elliott Smith, on sentait tous qu’il ne faisait pas semblant. Et nous même porté par l’orchestre, nous nous sommes étonnés à frissonner plus d’une fois.

IMG_2795

Que ça soit pour chacun des trois, on est frappé par l’évidence que le choix des chanteurs a été le bon. La tessiture des voix a quelque chose de commun avec celle d ‘Elliott, la même émotion, on sent qu’il y a un liant à tous leurs univers, qu’ils font partie de la même famille. Il faut aussi saluer l’orchestre qui, grâce aux arrangements subtils et jamais « bavards », ont apporté l’atmosphère idéale.
Le dernier morceau avant le rappel, CAN’T MAKE A SOUND, a été l’occasion pour les trois chanteurs d’être ensemble sur scène. Pour le dernier morceau, BETWEEN THE BARS, je n’ai pas réussi à retenir mes larmes. On n’est pas préparé à se prendre tout ça dans la tronche.

IMG_2782IMG_2810

Une soirée exceptionnelle, pour un hommage digne du talent d’Elliott Smith. Malheureusement, cette date était la dernière de la tournée et je crois qu’il n’y a pas de futurs concerts prévus. Au stand merchandising, il y avait possibilité de se procurer le vinyle du concert donné à la Maison de la radio en mai dernier (il n’existe pas d’autres supports) et il s’agit d une édition limitée à 500 exemplaires. Mais via le site du groupe, il n’est pas trop tard, il reste des exemplaires.
Troy et Ken, tout en humilité, sont venus se prêter au jeu des autographes à la fin. Nous avons vécu une soirée exceptionnelle, et personnellement je suis incapable d’écouter autre chose qu’Elliott Smith depuis le concert. Il ne pouvait pas y avoir de plus bel hommage que cette soirée et l’existence de ce beau projet est digne du génie de ce songwriter magnifique.

Merci à Danielle et à l’équipe de l’Aeronef pour ce moment précieux.

Setlist
SON OF SAM / STUPIDITY TRIES / WOULDN’T MAMA BE PROUD / EVERYTHINGS REMIND ME OF HER / SOMEBODY THAT I USED TO KNOW / L.A / COLOR BARS / EVERYTHING MEANS NOTHING TO ME / PRETTY MARY K / JUNK BOND TRADER / HAPPINES / PLACE PIGALLE / EASY WAY OUT / IN THE LOST & FOUND / FIGURE 8 / I BETTER BE QUIET NOW / CAN T MAKE A SOUND // BETWEEN THE BARS

Page Facebook

figure8

2 commentaires

  1. J’y étais également, nous n’avons pas du voir le même concert…. Suis parti vingt minutes avant la fin, dommage. Et, juste, pourriez vous vous relire avant de poster un article, il est truffé de fautes, et devient donc difficile à lire, merci ! Bon courage.

    J'aime

    • Pour les fautes , il faut effectivement que nous fassions un effort .
      Pour le ressenti du concert , tous les goûts sont dans la nature et je comprends que vous ne soyez pas rentrer « dedans ».
      Mes amis et moi même avons été subjugués,sûrement un des plus beaux concerts de l’année .
      Il s’agit juste de mon ressenti .

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s