Ezra Furman à l’Ancienne Belgique (Bruxelles) le 20 février 2016

Au sein de l’équipe de ce blog, on a quelques groupes, artistes, qui nous ont enthousiasmé récemment et pour qui on a une affection particulière. L’américain Ezra Furman en fait partie.

Découvert au Point Ephémère à l’automne dernier, on a beaucoup écouté son dernier disque Perpetual Motion People (sorti le 6 juillet 2015 chez Bella union/Coop.). On a  insisté auprès de nos copains pour qu’ils jettent une oreille dessus, l’impression d’avoir découvert un truc véritablement à part, super enthousiasmant, en tout cas qui synthétise beaucoup de choses qu’on aime.
Et c’est avec une joie non dissimulée que nous nous sommes rendus à l’Ancienne Belgique club de Bruxelles samedi dernier (aucun concert prévu en France pour ce leg européen).

Ce ptit gars de l’illinois n’a que 29 ans mais déjà six albums au compteur. Trois avec son groupe précédent The HARPOONS, et trois véritablement solo depuis, accompagnés par les « BOYFRIENDS » : Jorgen Jorgensen (basse), Ben Joseph (clavier, guitare), Sam Durkes (batterie) et le saxophoniste Tim Sandusky. Et c’est toute cette joyeuse bande que nous retrouvons sur la scène du club bruxellois. Ezra ne sera pas habillé en robe ce soir, mais veste de costume, cravate et casquette à fleur. Le rouge à lèvres et les ongles vernis de rigueur quand même.

12755318_996947463732806_1636640148_oLe concert commence par RESTLESS YEAR, morceau d’ouverture du dernier album et single jouissivement efficace. Pas moins de dix titres du dernier LP seront joués ce soir et c’est parti pour un set flamboyant, Ezra nous transporte dans plein d’univers différents. On pense, de manière évidente à la candeur et à la naïveté de Jonathan Richman. J’imagine que ça doit être son influence principale, mais aussi a Daniel Johnston pour la voix, le Velvet Underground pour le coté urbain… Et puis à un milliard d’autres trucs, des morceaux presque punk rock, blues, doo wop…. Tout le groupe sonne fluide, mention spéciale au saxophone.

Il y avait des fans dans la salle, qui connaissaient les chansons par cœur. A part une légère baisse de régime pendant une dizaine de minutes au milieu du show, le concert a été mené avec harmonie, rythme et enthousiasme grandissant. Avec le rappel final en point d’orgue avec la reprise de Nirvana et le quasi punk Tell Em All.

Je fais parti de ceux qui sont devenu absolument addict suite à ce concert. Ce ptit gars tout malingre nous convainc tous avec sa pop queer, plein de tubes indies potentiels. Bisexuel assumé, juif pratiquant (vous ne le verrez pas en concert un vendredi soir), on décèle une personnalité singulière , charmante et l’air de rien, un sacré charisme. Je suis sûr et certain qu’on en entendra parler à nouveau les prochaines années.

A en croire son site des dates en Angleterre sont prévues en octobre. Il faut absolument qu’il repasse par chez nous.

Setlist
Restless Year / Anything Can happen / Can I sleep in your brain / And Maybe God Is a Train / Hark!to the music / Wobbly / Ready Teddy (Little Richard  cover) / Haunted Head / Tip Of a MAtch / Watch You go BY / Ordinary Life / The Prisoner / My zero / Body Was made / Lousy Connection / Walk On in Darkness / I Wanna destroy myself // In Bloom (Nirvana cover) / Tell Em All

http://ezrafurman.com

12787978_996947623732790_830276842_n

 

 

 

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.