Chain and the Gang / Daniel Wakeford Experience le 27 février 2018 à Lille

Cette semaine s’annonçait des plus excitantes avec pas moins de deux concerts qu’on attendait de pied ferme. A chaque fois c’est à l’Aéronef que ça se passait (en passant, chapeau bas pour la programmation de cette saison, véritablement excitante). Donc au programme : Chain and the gang mardi soir et King gizzard and lizard wizzard samedi. Rien que ça.

chainaero.png

Revenons sur la soirée de mardi.
En guise d’ouverture, l’Aéronef avait programmé Daniel Wakeford, originaire de Brighton. Je crois qu’il s’agissait de son premier concert français (à part les dernières transmusicales). DW est un sacré personnage : il est diagnostiqué autiste à l’âge de 9 ans et en parallèle bénéficie d’une popularité certaine en Angleterre suite à son passage dans une émission de télé réalité « the undateables » (les inrencardables) qui consiste à faire trouver l’amour à des célibataires handicapés. Du haut de son mètre 93, Daniel n’est pas du genre introverti quand il arrive sur scène. Il nous présente chaque chanson avant de l’interpréter avec jovialité et enthousiasme. Le tout accompagné d’une gestuelle euh… « originale » : une sorte de coup de pied en l’air et dans le vide en guise de gimmick.

La cause peut être à son handicap, les chansons sont pleines de faute de syntaxe. Exemple : »I love girlfriend » « J’aime petite amie », chanson dans laquelle il parle de son « toujours rêve à propos de plus jolie petite amie ». Il sait exactement ce qu’il veut dire mais les mots sortent dans le mauvais ordre. On pense à Daniel Johnston, sans la fragilité et aux Modern Lovers pour la candeur mais sans les chansons. C’est quand même très sympa et le concert nous a ouvert l’appétit pour le gros morceau de la soirée.

Après quelques minutes de break, le groupe de filles qui accompagne Ian Svenonius s’installe sur scène et entame le « Chain and the gang thème ». D’un coup d’un seul, surgit du public, tel un félin, la star du soir : le grand monsieur Ian Svenonius.

Tout le groupe utilise le même dress code : des costumes léopard qui, avec le jeu des lumières rendent des reflets verts et roses. Au bout de quelques minutes, le ton est donné : finie l’ambiance légère de Daniel Wakeford (qui bientôt se trouvera dans les 1ers rang du public), on est plutôt dans une atmosphère rock garage 70’s servie par la voix soul de Ian. Sa façon de bouger, se déhancher, de se rouler par terre est certes un peu mécanique par moment, mais c’est justement parce que c’est proche de la caricature et faussement nonchalant que c’est parfait. C’est du grand art ce soir, imaginez James Brown Vs Mick Jagger, pas moins. L’extravagance de Ian est contrebalancée par la posture inexpressive des filles. Avec mention spéciale pour la chanteuse à droite de la scène qui sourit autant que Lou Reed et Bob Dylan réunis. Y a pas à tortiller du cul, on a affaire à l’un des meilleurs performers au monde.

Et pourtant, au final c’est assez minimal, trio guitare basse batterie et un son percutant. Aigrelet mais essentiel et tout est dit avec 3 fois rien (je ne sais pas comment définir mais une sorte de garage proto funk). Ian fait le show, aller retour incessant dans le public. J’avoue m’y perdre un peu dans sa discographie récente, j’ai cru comprendre qu’une compil de morceaux réenregistrés de Chain and the gang était sortie l’année dernière, je vais creuser un peu plus le sujet.

Je fais parti de ces ados qui ont été marqués par l’album Save Yourself de Make Up il y a une vingtaine d’année (qui contient la meilleure version de Hey Joe à ce jour, j’ai bien dit LA meilleure). Et même si j ai adoré voir MU, ponctuellement réformé au Tinals l’été dernier, je crois m’être encore plus éclaté à l’Aéronef pour Chain and the gang.

A noter également que Ian Svenonius est l’auteur d’un livre « Stratégie occulte pour monter un groupe de rock », pamphlet dadaïste et ironique sur la musique. Merci à l’Aéronef pour cette soirée qui fut l’une des meilleures depuis longtemps et en ce qui me concerne, le concert de l’année. Attention pour les suivants, la barre est vachement haute !

Texte, photos et vidéo : Xavier AVERLANT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.