Morrissey à l’Olympia le 24 septembre 2015

Le moz était à l’Olympia jeudi soir dernier dans le cadre d’une tournée européenne. Il s agissait de son unique date au pays du camembert. Et toujours pour la promo du dernière album en date « World peace is none of Your business » et ce moins d’un an après sa date au Grand Rex.


Tout ceci dans un contexte ou ces derniers temps  Morrissey a dévoilé ses problèmes de santé (il a  un cancer de l’œsophage), ou ses soucis avec les maisons de disques vont grandissant : il explique via un communiqué sur un site de fan qu’il ne trouve plus de maisons de disques pour sortir ses albums ( ce en quoi je suis plus que sceptique) et par conséquent il ne tournerait plus…

Et surtout, après avoir sorti l’an dernier son autobiographie (pas traduite en francais…), l’artiste publie son premier roman LIST OF THE LOST (pas de sortie prévue traduite en français une fois encore).

list_of_the_lost

Rendez-vous pris boulevard des Capucines donc.

Pas de premières parties mais des vidéos projetées sur grand écran, comme les 4 ou 5 dernières fois où j ai eu l’occasion de le voir. Il a un peu renouvelé les artistes cette fois-ci : au revoir Sacha Distel, remplacé par Ike et Tina TURNER, Leo Sayer, plusieurs artistes que je ne connaissais pas. Et toujours Charles Aznavour, les NEW YORK DOLLS, les RAMONES… C’est plutôt sympa comme entrée en matière, le charme vintage des vidéos amène tout de suite l’ambiance et dans la foulée du dernier titre projeté, le groupe entre en scène et commence d’emblée le concert par l’impeccable SUEDEHEAD (dans mes souvenirs il avait fini le concert du Grand Rex par ce morceau).

Malgré les soucis de santé, Morrissey a l’air plus fringant que jamais, la voix toujours sublime, physiquement on n’a pas du tout l’impression de voir un mec affaibli. Son jeu de scène consiste toujours à jouer au lasso avec son fil de micro tel un gladiateur.


ALMA MATTERS en guise de deuxième morceau, étonnant qu’il ressorte ce single sympathique mais mineur issu de l’album MALADJUSTED. Le surpuissant SPEEDWAY enchaîne avec ce son de tronçonneuse en intro. C ‘est avec ce type de morceau qu’on mesure toute la puissance du mec, cette attraction qu’il a sur nous, ce magnétisme naturel. Étonnamment le dernier couplet de la chanson a été chanté par un de ses musiciens GUSTAVO MANZUR, en  espagnol dans le texte.

Le groupe joue bien, carré avec ses petites touches « flamenco » (nouveauté sur cette tournée) que ce soit avec les guitares hispanisantes ou l’accordéon. Après cette intro en fanfare, j’avoue avoir été un peu déçu du rythme du concert. Trop de titres lents qui ont, à mon avis, cassé la dynamique du show.

Bizarrement, les titres du dernier album passaient très bien (alors que je n’aime pas beaucoup le dernier disque, pas mauvais mais aucune étincelle) mais je continue à penser que ce ne sont pas des titres forts. Loin de moi, le parti pris passéiste de considérer que « c’était mieux avant » systématiquement, au contraire je trouve que depuis l’album du come back YOU ARE THE QUARRY en 2004, sa discographie est un parcours sans fautes. Et je comprends d’autant moins cette quasi unanimité de la presse sur la qualité supposé du dernier disque.

Il y a quand même eu des moments intenses : BOXERS, THE WORLD IS FULL OF CRASHING BORES, Yes Im blind  entre autres. A noter, une tentative de jouer un morceau d’Elvis « You’ll be gone » ou le groupe lâche l’affaire après 2 ou 3 tentatives d’intro loupées.

Morrissey a annoncé qu’ il assisterait le lendemain au concert de Charles AZNAVOUR au Palais des congrès.

MEAT IS MURDER, avec ses vidéos insoutenables à regarder d’animaux à l’abattoir, provoquant des malaises dans les rangs serrés du public…


Voilà, la fin du concert fut magnifique avec l’enchainement : Everyday is like sunday, I will see you in far off places, What she said (avec des bouts de Rubber ring dedans) et enfin l’unique rappel « THE QUEEN IS DEAD » atomique ou Morrissey, comme d’habitude maintenant fini torse nu.

Voilà, Morrissey reste un tueur sur scène mais je ne peux pas dire que j ai été renversé comme ça a pu m’arriver dans le passé. Mais positif je suis et je reste, je suis persuadé qu’il en a sous le coude et qu’il s’agit d’un artiste trois crans au-dessus de la mêlée et que le meilleur est a venir. Évidemment qu’il retrouvera une maison de disques et qu’il nous sortira des albums dignes et forts.

He’s the last of the famous international playboy, malgré tout.

Set list
Suedehead / Alma Matters / Speedway / Ganglord / Staircase At The University / Kiss Me A Lot / You’ll Be Gone / World Peace Is None Of Your Business / I’m Throwing My Arms Around Paris / The World Is Full Of Crashing Bores / Yes, I Am Blind / Boxers / The Bullfighter Dies / My Dearest Love / Oboe Concerto / Meat Is Murder / Mama Lay Softly On The Riverbed / Everyday Is Like Sunday / I Will See You In Far-Off Places / What She Said / The Queen Is Dead

Toutes les photos ici : Lofanax

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.