Little Steven & the disciples of souls à la Cigale le 28 juin 2017

En petit comité, avec juste ce qu’il faut comme audience pour répondre à la chaleur que dégage ce combo de pirates. Et se sentir entre nous. C’était difficile d’avoir des conditions plus idéales.  Enfin je trouve.

Quatorze musiciens dont trois Stevettes qui s’agitent en petite robe lamée, comme aux plus belles heures de la Motown. Elles sont assez constantes dans la joie et la bonne humeur transmise et apportent une fraîcheurs absolue à tout ce qui se passe pendant les deux heures et quart du set. Ca m’a rappelé un de mes premiers concerts, Ike & Tina en 75, où j’étais resté un peu scotché et ému par les Ikettes.

Le son était fameux. Tout moelleux, tanné et confortable comme un vieux siège en cuir.
Avec un son de basse rond comme le ventre de Stevie, dont l’association avec le batteur et le percu pose un groove terrible et irrésistible tout du long du show. La section de cuivre est un peu foutraque sur les solos, mais tellement bon esprit et hyper en place sur les pèches rythmiques qu’on s’en tamponne un peu de ces petites imperfections.Musicalement, on passe de la soul pur jus au mur du son Spectorien, des influences latinos au reggae. Au milieu de tout ça, un hommage génial à Morricone, des arrangements clinquants et des échanges entre Steve et son guitariste digne des meilleurs Jam bands… ça joue le feu, le groupe est très compact. On a l’impression par moment d’assister à un show radio tellement les couleurs musicales toutes en maîtrise et en délicatesse, développent l’ensemble du spectre sonore de NY et du NJ. Ce son qui nous est si cher.

Entre Southside Johnny(en concert à Paris vendredi dernier) et Stevie hier soir, on a eu la chance de pouvoir fréquenter en quelques jours à peine les sous bois et les chemins de traverses de ce son et de cette musique qu’on aime tant, qui nous ont un peu fabriqué.
Ce mélange d’influences musicales multiples, biberonnées et façonnées par les radios et les clubs, avec toujours en filigrane cette lumière et l’énergie si attirante et enivrante de la grosse pomme, défendu par ses deux meilleurs lieutenants avec une sincérité et une coolerie qui pose les choses à la rubrique « plaisirs simples »

Oulala que c’était bien ces deux soirées !

Setlist
Soulfire (The Breakers cover) / I’m Coming Back / Among the Believers (Darlene Love cover) / The Blues Is My Business (Etta James cover) / Love on the Wrong Side of Town (Southside Johnny & The Asbury Jukes cover) / Until the Good Is Gone / Angel Eyes / Saint Valentine’s Day (Cocktail Slippers cover) / Standing in the Line of Fire (Gary “U.S.” Bonds cover) / I Saw the Light (Little Steven cover) / Salvation (Little Steven cover) / The City Weeps Tonight (Little Steven cover) / Down and Out in New York City (James Brown cover) / Princess of Little Italy / Solidarity (Little Steven cover) / Leonard Peltier (Little Steven cover) / I Am a Patriot (Little Steven cover) / Ride the Night Away (Jimmy Barnes cover) / Bitter Fruit (Little Steven cover) / Forever // I Don’t Want to Go Home (Southside Johnny & The Asbury Jukes cover) / Out of the Darkness (Little Steven cover)

Texte : Christophe Karcher
Photo / vidéo : Xavier Averlant

Un commentaire

  1. Un concert où les couleurs musicales ont été multiples ! Je suis moins d’accord pour la qualité du son qui n’était pas top je trouve. J’ai eu la chance d’assister au concert de Southside Johnny aussi et si je pense que ce dernier a une présence scénique incroyable, meilleure que Steve et tout son groupe réunis, on a eu là deux beaux shows de deux bons pèlerins du Boss.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s